Le maquillage permanent : qu’est-ce exactement ?

maquillage permanent

Une technique devenue très en vogue ces dernières années, le maquillage (semi)permanent est adopté par la plupart des femmes actives. L’aspect physique ainsi que la beauté a toujours été l’une des premières préoccupations des femmes. De génération en génération, les recherches ont abouti à des résultats concluants, pour permettre à la gente féminine de rester belle en toutes circonstances. Le dernier petit bébé à la mode des plus esthètes, le fameux maquillage permanent.

Quelle est cette technique ?

Très proche du tatouage, le maquillage permanent consiste à incruster des pigments minéraux sous la peau. La différence, c’est que ces pigments sont résorbables et s’estompent au fil du temps. A l’aide d’un démographe, muni de très fines aiguilles jetables, un professionnel redessine ou comble les imperfections du visage. Cette opération peut se faire même sur les endroits les plus sensibles comme les paupières, ce qui n’est pas le cas du tatouage classique.

A quels endroits peut-on le pratiquer ?

Comme cité ci-dessus, le maquillage permanent est le plus souvent pratiqué sur le visage. Il remplace l’eye liner, le rouge à lèvres, les crayons à cils, les gels à sourcils ou encore les implants de cheveux. Même les endroits les plus sensibles du visage peuvent recevoir le maquillage permanent. Ce genre de tatouage donne un effet d’illusion pour les crânes atteints d’alopécie (définitive ou temporaire), ou encore les sourcils clairsemés, fins ou voire inexistants. Car il aide à combler les espaces vides entre les poils et à intensifier la couleur de ces derniers.

Y a-t-il des risques à encourir ?

Comme il s’agit d’un tatouage, le fait de piquer la peau avec des aiguilles peut être douloureux. Mais comme chacun a son propre degré de résistance à la douleur, on ne peut pas dire que cela fait trop mal ou pas du tout. Ce qui est sûr, c’est qu’après la démarche achevée, il est normal que la peau soit légèrement enflée et rouge. Mais il n’y a pas matière à s’inquiéter car après deux jours de bonne hydratation, cela disparaît totalement pour ne laisser place qu’au nouveau maquillage.

Si la personne qui va également se faire tatouer craint la douleur, l’esthéticienne peut lui proposer une pommade anesthésiante adaptée à la situation pour son confort. Mais cela n’est pas toujours nécessaire puisque l’intervention, bien que désagréable, n’est pas aussi douloureuse qu’il en a l’air et en vaut vraiment la peine. Il est néanmoins judicieux de suivre les conseils du professionnel en maquillage permanent pour que la peau cicatrise le plus vite possible. Comme appliquer une crème hydratante spécifique, éviter de s’exposer au soleil et à la chaleur et surtout de ne pas gratter la zone traitée pour fixer les pigments.